fbpx
Exercices spirituels des stoïciens pour la journée - Nouvelle Acropole Paris 5

Exercices spirituels des stoïciens pour la journée : à faire pour rester centré !

La discipline est au cœur de la pratique philosophique. Nous avons vu quels exercices les Stoïciens appliquaient dès le réveil. Loin de s’en contenter, ils les prolongeaient tout au long de la journée.

Une première attitude repose sur la vigilance. Elle consiste à corréler la direction que l’on souhaite prendre et la direction que l’on prend réellement au cours de la journée. Epictète donne cette image du convalescent qui s’observe, de crainte que quelque agitation vienne troubler le calme en lui. Ou encore : « Comme, en te promenant, tu prends bien garde de ne pas marcher sur un clou, et de ne pas te donner une entorse, prends garde de même de ne pas blesser la partie maîtresse de toi-même, la raison qui te conduit. » (Manuel, LXIV).

Renouer avec le pouvoir du moment présent

C’est donc une discipline de chaque instant, où la tension vers le moment présent est la clé. Face aux désirs et aux craintes, Epictète exhortait à se comporter à la manière des sentinelles : « Les sentinelles demandent le mot du guet à tous ceux qui approchent. Fais de même, demande le mot du guet à tout ce qui se présente à ton imagination, et tu ne seras jamais surpris. » (Manuel, XXVII).

Consentir aux circonstances, même adverses

Pour autant, « être prêt » ne signifie pas refuser les circonstances quand elles arrivent, mais plutôt y consentir. Comment, en effet, travailler la patience si un motif d’impatience ne se présente pas à nous ? « J’ai un méchant voisin, un méchant père. Ils ne sont méchants que pour eux, ils sont très bons pour moi, car ils exercent et fortifient ma douceur, mon équité, ma patience. » (Manuel, XL). « Commence donc par les petites choses. On a renversé ton huile ? on t'a dérobé ton vin ? Dis-toi : « C'est à ce prix que l'on achète la tranquillité, c'est à ce prix que l'on achète la liberté ; on n'a rien pour rien. » (Manuel, XVIII).

A travers ce changement de regard, ce qui importe, c’est de considérer chaque trouble comme une potentialité de rencontre avec nous-même, une épreuve grâce à laquelle nous allons pouvoir tirer leçon, une occasion pour nous corriger.

Lire aussi : L'examen de conscience des Stoïciens à la fin de la journée

PLG_SYSTEM_COOKIEHINT_INFO