La musique : un jeu d’enfant !

La musique : un jeu d'enfant ! Nouvelle Acropole Paris V

« La musique ? Oh non, j’ai fait un an de solfège quand j’étais enfant, et j’étais vraiment mauvais ! »

Détrompez-vous ! Si l’idée que la musique n’est qu’une discipline élitiste est effectivement dans l’air du temps, ce n’est en aucun cas une vérité immuable.

Le chant est antérieur au langage. Ce n’est pas sans raison que les peuples primitifs communiquent bien plus en musique que nos sociétés abusivement rationnelles.
Prenez les jeunes enfants, ils gazouillent bien avant de parler.
Le langage vous semble spontané ? Chanter l’est plus encore.
Il est prouvé qu’un bébé de quelques mois reconnaît une mélodie même lorsqu’on en change la tonalité ou le tempo. La mélodie est inscrite en l’homme.

Mais pourquoi la musique ?

Toute production artistique a sa raison d’être. La musique n’est pas là par hasard, elle correspond à une aspiration de l’être humain qui, depuis toujours, cherche ce qu’il peut y avoir de plus pur et de plus beau. C’est valable pour tous les arts.
La musique est l’art du temps, l’enchaînement d’événements purs dans le temps.
L’homme cherche un sens aux choses qui arrivent, une continuité ; nous le faisons tous naturellement.
Si la musique correspond à cette recherche, elle est en chacun de nous.
Aujourd’hui, les productions contemporaines cherchent l’intellectualisme, et bien souvent la musique populaire tombe dans l’extrême facilité.
De même, notre vie est la mélodie que nous choisissons chacun de composer au cours du temps. Alors, pour être sûr de la composer selon nos véritables aspirations, mieux vaut être capable de reconnaître celle qui y correspond vraiment.

A vos oreilles !

Pour savoir si une musique permet de s’élever et d’accéder au beau, rien de plus simple !

On peut diviser les formes de musiques en trois catégories.

Vous mourez d’envie de vous lever et de danser ?
Vous souriez spontanément, ne pas bouger est une contrainte ?
La musique que vous écoutez est dionysiaque ; de Dionysos, le Dieu du vin !
Elle est joyeuse, agréable, enivrante et bienvenue mais, comme pour tout, attention aux excès !

Vous êtes transportés hors du temps, vous êtes apaisés par la pureté de ce que vous entendez, de telle façon que cette musique est à peine définissable ?
C’est une musique apollinienne. Apollon est le Dieu des arts, du chant et de la musique ; il a un pouvoir de purification et de guérison.
Beaucoup de pièces classiques sont de cet ordre.
Aussi claire et pure que de l’eau, vous pouvez en user et en abuser !

Vous êtes nostalgique, la musique que vous écoutez vous renvoie à votre passé ?
Elle est agréable et triste à la fois ?
Il s’agit d’une musique orphique. Orphée, poète et musicien, doué de la capacité d’émouvoir avec sa lyre les animaux et les êtres inanimés par la beauté de sa musique, se montre à jamais inconsolable après la mort de sa femme Eurydice.

C’est un aspect que l’on peut trouver dans des styles de musique très différents.

Après la théorie, la pratique !

Voici 5 liens vers des morceaux très différents.

Certains correspondent aux 3 types cités, d’autres sont spécifiquement liés à la recherche de notre époque. Le but est de reconnaître le morceau qui correspond à chaque type.

Pour être dans des conditions optimales, asseyez-vous confortablement, fermez les yeux et concentrez-vous sur la musique. Si possible utilisez une enceinte de qualité ou des écouteurs, car le son est une dimension très importante pour apprécier une musique à sa juste valeur.

Soyez à l’écoute de vos sens. Que vous disent-ils ?

https://www.youtube.com/watch?v=weRHyjj34ZE

https://www.youtube.com/watch?v=qq7IWnqj0Kw

https://www.youtube.com/watch?v=dhZUsNJ-LQU

https://www.youtube.com/watch?v=ZJfxwrc4800

https://www.youtube.com/watch?v=pEMs-pCA5LY